1 2 3

Etes-vous plus heureux en étant indépendant ?

19/06/2020

Etes-vous plus heureux en étant indépendant ?

Salarié contre indépendant : qui est le plus heureux ?

 

Etes vous heureux de travailler ? Je crois qu’aujourd’hui, je peux l’affirmer haut et fort :oui, je suis heureuse de travailler !! Je fais ce que j’aime et avec des gens que j’apprécie. Je me lève le matin avec le sourire chose qui n’était pas toujours le cas en étant salariée.

Et vous êtes-vous heureux(se) au travail ?

Selon une étude récente, 81 % des entrepreneurs se disent heureux de leur choix de vie contre 70 % des salariés. Même si la charge de travail est plus importante (environ 48 heures par semaine contre 41 heures pour un salarié selon cette même étude), ils se disent plus détendus et moins stressés voire carrément épanouis.

Je fais donc partie de ces 81 % et d’ailleurs, je ne retournerais pour rien au monde au salariat traditionnel. Je préfère travailler plus, mais être fière de le faire pour moi et faire prospérer « ma petite entreprise pour qu’elle ne connaisse pas la crise » (vous aurez sans doute reconnu une chanson de Alain Baschung.)

 

1/ Avoir le choix est inestimable

Pour choisir ce que l’on veut faire et quand on veut le faire est inestimable. Je suis toujours heureuse de rendre un travail et de voir que le client est satisfait ou qu’il ne « veut plus se séparer de moi ». C’est valorisant et tellement gratifiant. Je n’avais jamais ressenti cela étant salariée.

Je trouve qu’il y a un total manque de reconnaissance encore trop important de la part des chefs d’entreprise et cela apporte parfois de la démotivation chez leurs employés.

Je préfère travailler plus et rendre un client heureux que faire 7 heures par jour parce qu’il faut bien se lever et gagner sa vie.

Contrairement au moment où j’étais salariée et que je me levais souvent plus pour le salaire à la fin du mois, désormais, j’aime développer petit à petit mon entreprise. Je me forme pour proposer des prestations toujours plus professionnelles, je me renseigne au sujet de ma communication, je prends des conseils et j’applique le tout.

Selon une étude récente, cette joie de vivre, les indépendants le doivent à la liberté : celle de décider de l’avenir à donner à leur entreprise (62 %) : cela leur procure un sentiment d’autosatisfaction. Se sentir autonome (57 %) et ne pas avoir de patron pour les commander procure un sentiment de puissance. Le petit point négatif (mais non-négligeable) est le revenu qui n’est jamais stable.

 

2 / Croissance et épanouissement

68 % des entrepreneurs « heureux » trouvent que leur entreprise est en pleine croissance. Pour ma part, cela s’avère vrai. En effet, j’ai eu des moments de doute lorsque j’ai perdu mon plus gros client et que je n’arrivais pas à trouver de nouveaux prospects.

J’ai repensé ma communication et ma prospection et pour proposer des prestations plus professionnelles, j’ai débuté une formation.

Avec cette mentalité plus positive, j’ai attiré le positif et j’ai signé de nouveaux contrats. 

 

3 / Au final, quel est le secret du bonheur ?

Il faut avoir une vision sur le long terme et ne pas se dire : tiens mon entreprise n’est pas viable. Quand je me suis posé cette question, cela faisait uniquement 6 mois que j’avais débuté. Je gagnais alors 590 euros et par rapport à certains indépendants, je me suis rendu compte qu’au départ la plupart ne gagnais pas autant.

Cela m’a remotivé. J’ai choisi un métier qui me plaît et où je m’épanouis pleinement.

Je me lève souriante le matin et je veux donner du bonheur autour de moi.



Et pour vous, c’est aussi la positive attitude ?

Les avantages de la coopérative d'activité

22/05/2020

Les avantages de la coopérative d'activité

La coopérative d’activité ; un formidable tremplin

 

J’aimerais vous faire partager mon expérience concernant la coopérative d’activité. C’est un statut qui permet de « tester » la viabilité de votre entreprise tout en étant salarié de la coopérative. C’est une relation de totale confiance entre vous, le client et la coopérative d’activité. Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des avantages de ce statut qui vous aideront, je l’espère à y voir plus clair. 

 

1er avantage : L’entrepreneuriat collaboratif est un vecteur d’accomplissement de soi

Voici la vision que je partage avec la coopérative d’activité dont je fais partie :

valeur coopérative activité

 

Pour s’épanouir pleinement au sein d’une coopérative d’activité, il faut partager les valeurs qu’elle véhicule. Chacun apporte son vécu, son expérience et sa vision personnelle. L’échange entre chaque entrepreneur est un vrai apport notamment dû au fait que la coopérative regroupe en son sein environ 10 corps de métiers différents et 220 entrepreneurs de tout horizon différent.

De plus, un tuteur suit notre parcours (un rendez-vous environ une fois tous les 3 mois). C’est parfois aussi un bon soutien lorsque la motivation est en baisse (eh oui cela peut arriver, on ne peut pas être au top tout le temps…). Il permet de nous recentrer sur les fondamentaux afin que l’on reparte avec une énergie nouvelle. Il nous donne aussi son point de vue et possède un recul nécessaire quand on a l’impression de tourner en rond.

 

2ème avantage : Exercer son activité en toute autonomie

Fort de bénéficier de la structure juridique (K-Bis et statut juridique) et financière de la coopérative d’activité (eh oui elle s’occupe de gérer votre facturation). Vous pouvez de ce fait vous consacrer entièrement au développement de votre activité (choix du logo, du nom de votre société …). Vous vous déchargez de la lourdeur administrative de votre activité (me concernant c’est assez ironique car je m’occupe de l’administratif de mes clients quand on y pense). Cela fait toujours du bien quand on prend soin de nous.

Vous pouvez vous concentrer sur votre étude de marché afin de connaître la clientèle cible que vous allez viser et mettre en place votre communication (site internet, carte de visite, flyer, plaquette commerciale, réseaux sociaux …) et votre stratégie de prospection (mail, bouche à oreille, face à face …). Il est également important de bien se tenir informé sur la concurrence et les prix pratiqués sur le secteur afin de bien vous positionner (avoir le petit plus qui vous différenciera des autres).

 

3ème avantage : CAPE, salarié et pourquoi pas associé  🙂

Au moment de l’intégration à la coopérative (dès que vous projet est validé par la coopérative), vous signez un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise qui correspond au lancement officiel de votre activité. Il est signé pour un an et reconductible jusqu’à 3 fois maximum.

Afin de pouvoir grandir et devenir autonome au sein de votre propre entreprise, la coopérative d’activité met à votre disposition des fiches de renseignements et de nombreuses formations ainsi que des « Labos d’Expérience« . Ce sont des rendez-vous avec des entrepreneurs qui ont pris leur envol la plupart du temps et qui évoque avec vous leur parcours avec les hauts et les bas que cela inclut. La coopérative met également en place des rencontres entre entrepreneur …

Après environ 6 mois, votre statut peut évoluer en statut d’entrepreneur salarié de la coopérative. Votre chiffre d’affaires est converti en salaire après déduction faite des charges et frais de cotisation à la coopérative.

Vous bénéficiez donc des avantages du salarié : sécurité sociale, mutuelle d’entreprise, droit à la retraite, au chômage et à la formation et assurance responsabilité civile professionnelle.

Contrairement à un entrepreneur indépendant, la coopérative d’activité vous rembourse vos notes de frais (ce qui dans un premier temps n’est pas négligeable car vous pouvez vous faire rembourser l’achat de carte de visite, ordinateur …).

Après les 3 ans en tant que salarié, soit vous vous lancez dans la grande aventure seul soit vous devenez un entrepreneur associé (néanmoins vous pouvez quitter la coopérative d’activité à tout moment si vous vous sentez prêt).

 

4ème avantage : Risques minimisés

Grâce à la coopérative d’activité, votre activité commence dès la signature du CAPE alors qu’un entrepreneur doit s’inscrire au registre du commerce, s’immatriculer et investir un minimum selon le statut choisi (gain de temps et gain financier non négligeable).

Si votre activité n’est pas pérenne eh bien vous n’avez pas à subir les conséquences désastreuses d’une procédure judiciaire (liquidation, cessation d’activité …). Vous pourrez passer à autre chose sans laisser trop de plumes derrière vous.

 

J’espère que cela aidera certains d’entre vous qui se posent des questions telles que : vais-je me lancer ou non ? comment (seul, en coopérative d’activité …).

 

 

Co-working … or not ? Telle est la question

24/04/2020

Co-working … or not ? Telle est la question

Le co-working : adepte ou non ?

Co-working … quésaco ? A mes débuts, j’ai ouvert grand les yeux quand à l’évocation de ce nom. Je n’en avais jamais entendu parler … en même temps à l’époque où j’étais salariée je n’avais aucune raison d’en fréquenter 😉

 

1/ Il n’y a pas UN mais plusieurs co-working

La société est en constante évolution et la façon de travailler également. Le concept de co-working est comme son nom l’indique « le travailler ensemble » qui associe à la fois un travail seul mais en échangeant ses idées avec d’autres personnes.

Au sein d’un espace de co-working, on peut retrouver des Start-ups, des travailleurs indépendants pour développer leur projet en autonomie mais également pour créer de nouvelles synergies. En effet, on trouve des profils variés au sein d’un même espace et chaque personne est potentiellement le client d’un autre et des relations de travail peuvent ainsi se nouer.

 

2/ Comment se définit un espace de co-working ?

Il est caractérisé par un lieu d’échange et des contacts entre chaque personne : pour les fréquenter il faut donc être un minimum sociable 🙂 Cela permet de travailler dans une ambiance conviviale. C’est un endroit dit en « open space » où on ne se sent pas confiné pour travailler (à l’opposé du bureau étriqué de beaucoup de salariés). Il offre un bon réseau internet et il y a la plupart du temps un service de boissons chaudes proposé. Il y a également une salle où l’on peut se restaurer. Certains espaces proposent même des endroits privatifs pour organiser des réunions.

Afin de parfaire les relations entre chaque membre, des échanges sont organisés selon des thématiques ou juste pour apprendre à mieux se connaître. Cela permet de renforcer le lien de communauté ; un réseau social en face en face dans ce monde gouverné de plus en plus par le digital.

 

3/ Alors co-working ou not co-working

Je trouve l’idée très enrichissante et je n’ai pour ma part pas encore franchi le pas. C’était par manque de temps au départ car je me suis consacrée sur la création de ma société et notamment la communication (site internet, plaquette, carte de visite ..). Je suis peut être un peu trop solitaire et je réfléchis de plus en plus à intégrer un espace de coworking afin d’élargir mon réseau professionnel notamment.

Il faut que je trouve un espace qui ait un bon rapport qualité / prix (eh oui mine de rien en création d’entreprise on ne peut pas se permettre des dépenses trop importantes) et qui répondent à mes valeurs humaines. La situation géographique affinera également mon choix (toutefois habitant dans une grande ville je ne pense pas que cela soit le plus grand frein …).

 

Alors peut être à bientôt autour d’un café dans un espace de co-working 🙂

 

Co-working

Remise en question, doute … : cela vous est-il déjà arrivé ?

20/03/2020

Remise en question, doute … : cela vous est-il déjà arrivé ?

Questionnement, doutes et remise en question …

La semaine dernière, j’ai eu un petit coup de moins bien, une remise en question de mon travail et des doutes sur ce que je faisais.

 

1/ Au début …

J’ai lancé mon activité l’année dernière sur les chapeaux de roue. J’étais comme vous j’imagine au début super motivée et complètement excitée.

J’ai enchaîné site internet, carte de visite, flyers … j’avais tellement d’idées que j’avais peur d’en oublier. J’étais sûre de moi, des prestations que je proposais. En effet, ce sont des choses que je maîtrisais et pour moi c’était juste une évidence.

J’ai eu rapidement 3 clients réguliers (après une grande prospection …). Mais dernièrement je n’avais plus la même pêche et je me suis demandée pourquoi …

 

2/ Maintenant …

La semaine dernière j’avais du mal à me mettre au travail, je « procrastinais » comme on le dit actuellement (terme très à la mode pour un métier dans l’air du temps) et je ne comprenais pas trop. En effet, je ne me reconnaissais pas. Je suis toujours volontairepleine d’énergie et là les batteries étaient à plat …

Un matin je me suis levée et je me suis posée en notant ce qui allait et ce qui n’allait pas et j’ai fait le constat suivant : ce que je fais aujourd’hui n’est plus ce que je souhaite faire. Je ne suis plus épanouie dans mon travail et cela se ressent sur mon humeur et mon envie de mettre au travail.

Il y a des choses que je ne veux plus faire, une clientèle cible avec laquelle je ne veux plus travailler car elle n’est plus en adéquation avec mes valeurs.

Je pense qu’au départ j’ai voulu aller trop vite et proposer trop de prestations pour être sûre d’attirer des clients.

 

3/ Finalement …

Je vais donc supprimer des prestations pour recentrer mon activité et développer de nouvelles compétences plus en adéquation avec mes centres d’intérêts. J’aime la création, la mise en forme … mais je n’ai pas assez de compétences dans ce domaine.

Je vais donc entamer une formation dans le domaine du digital. Depuis que j’ai pris cette décision, je me sens plus sereine et plus en accord avec moi même. Je me lève de nouveau avec l’envie de travailler et de bien faire. Il n’y a plus qu’à … comme on dit.

J’ai hâte de trouver LA formation qui me correspond et je partagerais mon avancée avec vous.

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires si vous avez connu ce genre de situation, il est toujours bien de s’entraider entre collègues 😉

 

Remise en question, doute

Comment gérer la perte d'un client ?

21/02/2020

Comment gérer la perte d'un client ?

Perdre un client a renforcé ma motivation 

 

1er constat

Après les joies de signer les premiers contrats, il faut parfois faire face à la dure réalité du métier d’indépendant : la perte d’un client qui se fait « du jour au lendemain ». C’est d’autant plus difficile quand  il s’agit de son plus gros client 😦

C’est un gros coup dur surtout lorsque l’on ne s’y attend pas. Il faut se remettre en question et aller de l’avant. Rien ne se sert de se lamenter, cela ne peut que nous conduire à notre perte.

 

Pourquoi

Mon client a du se séparer de moi pour problème économique ; c’est toujours difficile de se dire que notre contrat est rompu à cause de problèmes conjoncturels et non par incompétence. La société est telle qu’aujourd’hui on doit faire face à ce genre de réalité plus souvent qu’on ne le pense … Je lui ai bien entendu demandé ce qui avait motivé sa décision ; il n’avait rien à reprocher à mon travail ce qui en soit est déjà rassurant.

 

Motivation pour continuer

Il est ensuite important de se pencher sur les implications financières de cette situation. Il faut donc se remettre de suite au travail : prospecter par mail, par téléphone (même si ce n’est pas ce que je préfère) et les réseaux sociaux ce qui pour moi est la base de la communication dans le monde moderne.

 

Conclusion

Durant ces phases compliquées que connaissent finalement un jour où l’autre chaque entreprise, la base de tout est le moral.  Il faut savoir que rien n’est jamais acquis. J’ai pour habitude de dire « quand le moral va tout va » !! J’applique donc cet adage pour moi.

On dit toujours que c’est un mal pour un bien donc « futur client me voilà ».